31 janvier 2007

ZYU NOUS ECRIT :

QuestionsLa psychanalyse peut-elle et doit-elle tout expliquer ? N'y a t'il pas des limites à une thérapie en régle générale ? je pense en effet que la psychanalyse ne peut ni ne doit tout expliquer, elle n'est simplement qu'une force de proposition, n'oublions pas que les nazis ont chassé les psychanalystes, dont Freud, brûlé leurs livres, honni leur idée de la liberté de la sexualité, de la liberation des contraintes, des préjuges, des règles sociales. La psychanalyse propose une voix et aussi une voie de liberté,  elle... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2007

coté rue / emma est perdue

Emma ce matin est silencieuse, elle parle à petits mots, elle a fait un rêve qui emprisonne encore et puis petit à petit, elle commence à parler: je suis dans un long couloir sans lumière qui sent le moisi, je suis perdue, je suis seule, j'appelle , personne ne me répond, il n'y a personne. Et Emma pleure en silence, puis doucement elle parle de son rendez vous raté avec sa mère, qui l'a rejetée pour rester avec son frère, dans cette famille où tout le monde souffre, elle reste seule comme les autres, fidéle à la disgrâce ... ... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 09:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 janvier 2007

dimanche c'est la pause

Message commenté : ENTRE DEUX EAUXSARELO DIT :"c'est incroyable à quel point les gens ont peu de temps pour se poser dans un petit coin d'eux même et faire la paix simplement pour "être""...Et à la place on "existe", parcequ'il le faut bien et peu à peu, on se perd. C'est la course au salaire, au temps, à la reconnaissance, au plaisir et finalement, au sommeil...Alors vive le samedi! Protégé qu'il est par le Dimanche. Parce qu'il faut bien l'admettre, si on aime le samedi c'est qu'il y a encore un... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2007

TOI DANS TA CHAMBRE DANS TON ATTENTE

Je suis venu te voir dans cette forteresse de la souffrance que l’on appelle hôpital. A Paris ils sont encore moyenâgeux avec les escaliers bien sals et les courants d’air pour chasser le cafard. J’ai fini par trouver en te téléphonant une deuxième fois, la chambre ou tu attendais une éventuelle ponction du liquide tenace qui ne voulait pas quitter tes poumons. Quand je suis rentré dans cette grande chambre de caserne désaffectée, tu m’as souri et j’ai compris à l’instant que nous n’aurions pas besoin de parler pour nous comprendre.... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 00:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 janvier 2007

LE TELEPHONE DU COEUR

Je t’ai appelée sur ton portable, qui te tient lieu de fil de vie pour rester en connection avec tous «  tes amours » comme tu les appelles, tes enfants et tes quelques amis que tu acceptes auprès de toi pour partager en garde prétorienne de l’amour, tes derniers temps de terrienne. Tu m’as dit que tout allait bien et que l’opération avait réussi puisqu’elle t’avait épargné une poche recueil que tu aurais vécu comme une humiliation. Tu me demandes de différer ma venue car les visites dans ce service de chirurgie son... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 00:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2007

DU CHOIX DU PSY

AHE dit : Psychothérapie d'inspiration analytiqueC'est pour ne pas à avoir à supporter trop de silences que je fais actuellement une thérapie d'inspiration analytique avec une psychiatre psychanalyste. Je n'aurai pas supporté l'analyse "stricte". Avant, je faisais une psychothérapie avec un psychiatre psychothérapeute mais trop silencieux pour moi. Je n'avais pas l'impression d'avancer, seul devant le psy. J'ai du changer de psy. C’est vrai que le silence ça nous fait peur. Glace trop brutale devant... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2007

la communauté ineractive des psychés du web

N'oubliez pas que cet espace doit nous permettre aussi de dialoguer d'inconscient à inconscient. Alors j''attends vos rêves, vos phantasmes, vos idées, vos réflexions, je suis pour une mutualité des névroses. Quand on a peur, on est toujours plus fort à plusieurs et face à l'adversité de nos inhibitions, face à notre difficulté de communiquer vraiment notre intérieur profond, voici un outil ou plutôt une communauté pour se réchauffer par web interposé. Je l'abrite sur mon blog pour sa naissance car j'en suis le premier utilisateur,... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2007

LOU ET L'ART

Comme un rêve, aujourd’hui j’ai vu en consultation la petite sœur de nini, non pas la vraie, non simplement une qui lui ressemble dans le chemin du désespoir, c’est Lou. Lou elle a une sacrée histoire, une tristesse qu’elle te raconte avec sa gueule d’ange et son sourire de soie.Elle te raconte la boule qu’un matin on trouve en palpant ses seins et que chemin faisant on montre à son gyneco qui vous envoie faire une ponction qui finalement revient "blanche" comme on dit : c'est-à-dire sans diagnostique. De sa petite voix Lou... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 01:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2007

LA SOLITUDE DU PSYCHANALYSTE (suite)

C’est vrai que la question de la formation du psychanalyste est une bonne question  Il existe beaucoup de formations différentes. En ce qui me concerne j’ai fait médecine, psychiatrie et une psychanalyse personnelle Tout cela fait beaucoup d’années d’études,  du genre  une bonne douzaine En médecine tu te retrouves au lit du malade (comme on dit) et tu te familiarises  avec la maladie, la souffrance, mais pas toujours avec le malade. Pour cela il n’y a pas de cours,  tu dois faire  "ami ami "... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2007

moi aussi j'étais sur le divan il y a ....

Du côté patient... dit: Ahe......on peut se sentir seul aussi quand il y a trop de silences de la part du psy. Il faut un juste équilibre de la part de l'analyste, entre l'écoute et la parole. Moi je me souviens que j'aimais ces silences qui me laissaient la plage de sable  libre où je pouvais gambader jusqu'à plus souffle. Je parlais sans retenue et prenais souvent la place de mon analyste pour qu'elle ne parle pas. Surtout, qu'elle me laisse interpreter, penser, refléchir tout seul, je luttais du bas de mon transfert contre... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 23:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]