Et cette demande, cette douleur lancinante et imprécise dont on n’arrive pas à connaître l’origine, ce petit chatouillement impérieux que l’on appelle le mal d’amour, le « dit moi que tu m’aimes » « tu m’aimes comment ? Tu m’aimes ? » ,et là nuagenclair sera contente pas de dis

tinction entre homme marié, amant, jeune, vieux, nous sommes tous logés à la même enseigne, notre insatisfaction affective nous dirait Freud , notre insatisfaction structurelle égotique nous dirait Bouddha, le résultat reste le même on projette sur l’autre notre incapacité à aimer vraiment, notre manque de l’amour de la mère, cette amour océanique qui nous a tant manqué …(a suivre)