Hier comme souvent j'ai téléphoné a Nini , pensant que je n'aurais que sa petite voix au répondeur me rappelant que son souffle lui permettait toujours d'être parmi nous en ne parlant que très difficilement.

Mais tu m'as répondu, avec une voix claire, scandée d'un autre corps, tu peux venir quand tu veux demain je suis chez moi, midi oui c'est bien après l'infirmière. J'arrive...