L'idée de faire un tableau de toi me semblait tout simpement impossible tant de facettes  il y avait à ton personnage, et puis j'ai repensé à Picasso qui faisait 40 tableaux avec un même modèle en changeant un regard, des couleurs et j'ai compris qu'ainsi il lui donnait vie.

Alors comment ne pas resister à faire le portrait n°1 de MAN comme je t'appelais, toi avec qui je pensais être en paix au début de ma psychanalyse, en répondant lors de ma première sèance à la question "et votre famille" j'avais dit moi tout va très bien je n'ai pas de problème avec ma mère même si elle semble en avoir avec moi et avec elle.

Mais voilà la psychanalyse nous fait découvrir l'histoire vraie ou plutôt celle qui construit nos névroses, notre souffrance à être. Alors man, j'ai compris à quel point tu étais importante pour moi, tu as occupé 6 ans de ma psychanalyse où j'ai découvert simplement que tu étais trop grande pour que j'arrive à te voir, ou bien que tu étais trop à l'intérieur de moi pour que je m'en aperçoive. Alors à raison de deux fois par semaine j'ai reconstruit notre vraie relation, notre lien indéfectible.

Tout au long de ces années, cette infinitude que je te portais se traduisait par l'impossibilité de mon inconscient de te representer dans mes rêves autrement que par des catastrophes naturelles, tsunami, mer en tempête, panthère sauvage en liberté...ect et puis grace à la psychanalyse après toutes ses années à faire face aux éléments naturels en furie, j'ai appris à te dompter en moi et tout simplement à t'aimer avec tes gros défauts et tes qualités immenses. J'ai compris qu'une mère cela se chérit et que nous n'en avons qu'une. Tu aimais les fleurs et un jour du 23 juin jour de mon anniversaire je t'ai offert un bouquet de fleurs en te dissant "bon anniversaire"

Tu m'as dit l'air étonné, mais non c'est à moi de te les offrir et je t'ai dit non,  j'ai compris que j'avais eu beaucoup de chance de t'avoir pour mère et que sans toi je ne serais pas là.