ete_07_012

Toi qui a si bien suivi ma direction quand seul le gps choisissait à ma place  les départementales  pour descendre vers le sud et rejoindre le soleil qui avait déserté Paris, tu as répondu avec fidélité, précision à mes sollicitations de motard encore désireux de retrouver les automatismes de conducteur un peu oubliés par manque de pratique. Grace à ta magnanimité dans l'indulgence de mes maladresses  j'ai pu reprendre possession de tes 11O chevaux  légèrement énervés d'être laissés trop longtemps sans sortir et de m'avoir vu préférer le vélo, la marche ou la voiture pour aller travailler et rejoindre le bocal. Magique cette facilité que tu as de dépasser le camion qui nous gêne où la voiture indécise, merci encore à toi de m'avoir mis le vent dans la tête, vidé cette tête trop pleine et simplement fait rêvé en traversant la campagne française, le bac pour la corse et puis m'avoir enfin posé après 12 jours de voyage dans mon Vercors que j'aime après ces milliers de virages en tous genres que tu as su si bien négocier.