affiche_tetro_630_630_1_

J'ai bien conscience que mon histoire de père et de fils même si cela peut intéresser certains, peut aussi en interdire d'autres de mettre des commentaires. Il y a un lien sec et fort, noueux comme de la corde dans cette relation là, nous sommes bien loin du lien à la mère dont nous avons souvent parlé et qui nous fait couler beaucoup d'encre et beaucoup de larmes. Ici les mots manquent, les émotions sont rentrées, la main est serrée à faire mal dans cette poigne virile qui nous emporte dans la tourmente. Le père est là, souvent il nous fait peur, nous barre le chemin à la mère, ses colères sont des ouragans dévastateurs, sa voix possède à la fois les vibrations redoutées parfois espérées et rassurantes. Mon père a été le grand absent de ma psychanalyse tant la présence de ma mère faisait écran, heureusement bien des journées plus tard j'ai su reprendre le chemin de la compréhension pour réaliser que cette relation là m'avait marqué bien plus que j'avais pu me l'imaginer.

j'ai vu hier un fim remarquable qui éclaire à sa manière les chemins de la compréhension de la relation au père  faite de silences, de non dits, de violence, de révolte, de séparation où le meurtre est parfois une solution phantasmée mais où l'amour peut parfois triompher. C'est un amour souvent sans voix en noir et blanc, un amour minéral, blanc comme de la glace, un amour magnifique.