nm_photo_245348_1_

Julie est tout juste rentrée dans mon bocal depuis quelques secondes qu'elle commence à parler, le regard tendu le verbe sec et dur, ses phrases sonnent et claquent, il faut dire que Julie est avocate pénaliste c'est à dire qu'elle a une certaine habitude des prises de bec, à démêler le vrai du faux ,à jongler avec ses clients délinquants ou criminels et avec les victimes demandeuses et exigeantes. Ce qui la caractérise professionnellement c'est sa grande compétence, son investissement auprès des plus humbles, elle ne compte pas sa fatigue pour défendre le délinquant dont la mère pleure pour bénéficier de la clémence de la justice, pour éviter qu'on la prive de son seul fils qui assure aussi sa protection et sa subsistance.

Julie est en colère après elle, après moi, après la vie, elle ne supporte pas l'image qu'elle pense que la psychanalyse lui renvoie, celle d'une fille perdue qui doit aller voir un psy deux fois par semaine pour même pas aller mieux. je sais que Julie fait de la boxe comme sport et je ne peux pas m'empêcher de l'imaginer sur le ring

J'évite les coups avec mon expérience j'esquive ses attaques répétées. Je pense simplement qu' il me faut  rester devant, solide et à la fois transparent et fluide, un miroir réactif et présent. Et puis je parle lentement et demande à Julie pourquoi elle n'arrive pas à s'accorder la même importance et le même intêret qu'elle porte aux autres, pourquoi se trouve-t-elle moins intéressante,pourquoi se donne-t-elle si peu de valeur?...