az07vyl9_1_

J'aime me retrouver selon l'heure, proche de la fin du jour ou après le début du jour suivant, devant mon clavier à contempler ma journée de consultation. Progressivement les histoires apparaissent dans un flot incessant d'inconscients relâchés, les souvenirs me reviennent et j'essaie en parcourant le lointain relief de ces narrations confiées, de trouver celle qui marquera le jour, celle qui fera émerger son cri d'alarme, sa plainte levée dans le ciel de mon conscient fatigué.

Les mondes se croisent et se choquent, les pleurs d'amour répondent aux questions sans réponse de Maurice qui pense que décidément tout cela n'avance pas. Dans ce patchwork du jour, le visage de Bruno se dessine lors de cette première consultation à cent à l'heure. En reprenant à peine son souffle il m'a confié en une demi heure son désarroi professionnel, le harcèlement de son boss, la remontée de souvenirs de son père d'extrême droite,  barbouze violent alcoolique et lui si fragile dans son monde de livres qui s'est protégé avec difficultés de ce père si étranger et destructeur.