27 février 2008

jean le journaliste psychotique

Oui la psychose est une maladie grave qui souvent petit à petit ou brutalement vous construit une réalité déformée, angoissante, persecutante. Le malade, non, justement l'humain englué dans cette toile de pathos se débat le plus souvent pour maintenir sa place d'Homme. Jean était journaliste connu dans un grand quotidien anciennement marginal, Jean a connu tous les bouleversements du journal qui est passé d'un journal militant à un quotidien du matin lu par des anciens, mais Jean tout au long de ces années n'a pas bien su allier... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2007

Hé "Man" 2

C'est vrai que le Dimanche c'est souvent le jour de la famille et toi tu as tiré ta révérence.Il y a maintenant 8 ans que tu as décidé de préceder nini dans ce chemin vers les étoiles nous laissant là seuls et un peu perdus. Ta personalité était solaire, tu imposais ta présence avec évidence, naturel et simplicité, lorsque tu nous rejoignais, nous tes enfants tous les mardi midi pour évoquer le quotidien et suivre nos vies respectives, tu arrivais souvent en retard. Mais lorsque tu nous retrouvais déjà atablés en pleine discussion, tu... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 23:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
21 septembre 2007

Mon père, image dans le miroir(1)

Tu as été le grand absent de ma psychanalyse, ou plutot celui qui apparait dans les silences, les absences, les non dit, les trop de mer démontée, les pas assez de sens de la régle. Tu étais présent aussi dans mes retards aux séances, dans mes difficultés à dire sur le divan, probablement en écho à ton impossibilité à vivre en dehors du devoir que tu te fabriquais et que tu illustrais si bien par ton isolement social dû au travail et ta solitude de coureur de fond imaginaire. La découverte de ton penchant volontairement immodéré... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 22:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 septembre 2007

mon amie, the byke

Toi qui a si bien suivi ma direction quand seul le gps choisissait à ma place  les départementales  pour descendre vers le sud et rejoindre le soleil qui avait déserté Paris, tu as répondu avec fidélité, précision à mes sollicitations de motard encore désireux de retrouver les automatismes de conducteur un peu oubliés par manque de pratique. Grace à ta magnanimité dans l'indulgence de mes maladresses  j'ai pu reprendre possession de tes 11O chevaux  légèrement énervés d'être laissés trop longtemps sans sortir... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 10:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 juillet 2007

Bruno, tu gardes notre réalité

Un jour je t'ai remarqué dans ma rue, droit et débonnaire, tu regardais les gens avec bonhommie et insistance, dans cette tranquilité calme qui transforme un sans domicile en personne attentive. Tu regardais, tu t'intéressais à la vie de chacun, aux habitudes de tous, très vite j'ai remarqué que tu avais pris de l'importance dans ma vie et que j'étais un peu décu quand tu n'étais pas là dans l'immobilité de l'attente du geste du quotidien. Alors j'ai commencé à t'observer en retour et remarquer à quel point tu devenais important pour... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 01:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 juillet 2007

Hé MAN 1

L'idée de faire un tableau de toi me semblait tout simpement impossible tant de facettes  il y avait à ton personnage, et puis j'ai repensé à Picasso qui faisait 40 tableaux avec un même modèle en changeant un regard, des couleurs et j'ai compris qu'ainsi il lui donnait vie. Alors comment ne pas resister à faire le portrait n°1 de MAN comme je t'appelais, toi avec qui je pensais être en paix au début de ma psychanalyse, en répondant lors de ma première sèance à la question "et votre famille" j'avais dit moi tout va... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 20:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
10 juillet 2007

Roland tu étais grand

Tu avais traversé la guerre, la grande, à pied comme un sapeur. Tu en avais gardé le goût de la vie qui est si difficile à préserver quand les obus pleuvent autour de toi, le goût de l'amitié dans le partage, dans le combat, le goût de désobeir aux ordres pour sauver les autres, pour sauver sa peau. Tu avais le goût de l'homme, de l'humain, du vrai du plaisir simple, de la clope à fumer dans le jardin. Ce jardin que tu aimais tant avec lequel tu vivais au rythme des saisons, regarde pousser les plantes et tu trouveras la paix, tu... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 00:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
06 juillet 2007

mon Ami Alain

Tu es là face à moi, dans ce face à face plus proche de la rencontre amicale que de la consultation médicale. Voilà bientôt 12 ans que je te connais, notre rencontre débuta lorsque je travaillais dans une association pour toxicomanes et que tu avais echoué là, pour rencontrer des gens, pour être aussi comme les autres, les jeunes qui fument, ceux qui boivent plus que de raison ou bien qui utilisent la seringue comme ascenseur pour l'échafaud. Toi simplement tu avais perdu la raison et pourtant tu venais trouver une place unique dans... [Lire la suite]
Posté par phi88 à 00:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]