Comme un rêve, aujourd’hui j’ai vu en consultation la petite sœur de nini, non pas la vraie, non simplement une qui lui ressemble dans le chemin du désespoir, c’est Lou. Lou elle a une sacrée histoire, une tristesse qu’elle te raconte avec sa gueule d’ange et son sourire de soie.Elle te raconte la boule qu’un matin on trouve en palpant ses seins et que chemin faisant on montre à son gyneco qui vous envoie faire une ponction qui finalement revient "blanche" comme on dit : c'est-à-dire sans diagnostique. De sa petite voix Lou parle sans s’interrompre une seconde, sans reprendre son souffle avec son sourire papier diaphane. Elle raconte l’intuition qui se met en marche et qui, malgré le résultat négatif et les mots rassurants du médecin, t’impose d’aller demander un autre avis. Une autre ponction, cette fois avec biopsie et qui revient là avec le verdict de la souffrance du crabe dans l’œuf mais qu’il faut combattre avant qu’il ne gagne de vitesse. Lou parle du chemin difficile, de la chirurgie, de la chimio et de la radiothérapie, elle parle encore de son mariage avec son compagnon avec lequel elle se marie pour faire obstacle au destin qui sépare. Elle parle enfin de sa transformation de femme, de la chirurgie réparatrice des seins, de la transformation de son cœur, de sa subite passion pour la peinture. Lou est devenue artiste peintre et fait des expositions depuis peu.

Elle a, devant sa finitude, découvert l’infini de la création.